Yuli

Iciar Bollain |  Espagne | 101’ | 2018

 

Yuli est le surnom du danseur Carlos Acosta qui joue son propre rôle dans la nouvelle fiction de la cinéaste Iciar Bollain. Les rues de la Havane, pauvres et abandonnées, deviennent le lieu privilégié de son apprentissage. L’incroyable destin d’un danseur étoile, des rues de Cuba au Royal Ballet de Londres.

Prix du Meilleur scénario au Festival de San Sebastián 2018.
5 nominations aux Goya 2019.

Iciar Bollain

La réalisatrice a commencé sa carrière en tant qu'actrice à l'âge de 15 ans. Un an plus tard, à 16 ans, elle a été choisie par Victor Erice, un réalisateur espagnol, pour incarner le premier rôle dans son deuxième long métrage El sur (Le Sud). Ensuite, Iciar Bollaín a joué dans différents longs métrages, un opéra et une série télévisée: Miguel Servet, la sangre y la ceniza. Elle s'est inscrite à l'École des Beaux - Arts à l'Université complutense de Madrid, université qu'elle quittera peu de temps après afin de se consacrer entièrement au cinéma. Au début de 1991, elle fonde, avec Santiago García de Leaniz et Gonzalo Tapia, une maison de production, Producciones La Iguana. C'est à ce moment qu'elle fait ses premiers pas dans le monde de la réalisation. Baja corazón (1993) et Los amigos del Muerto (1994) sont quelques exemples de ses premières réalisations. La Iguana a produit depuis sa création près de vingt films. En 1995, Iciar donne une autre tournure à sa carrière lorsqu'elle décide d'accompagner le réalisateur Ken Loach, avec qui elle avait travaillé dans le film sur la guerre civile espagnole Land and Freedom (1995), lors du tournage du drame social Carla's Song (1996) afin d'écrire un livre sur ce réalisateur anglais. Cet ouvrage s'intitule Ken Loach, un observador solidario et a été publié en 1996 par la maison d'édition El Pais-Aguilar. En 1992, elle a été nommée Meilleure Actrice espagnole de l'année par la revue Billboard Turia et elle a reçu le 'Premio ojo crítico' II Millenium de Radio Nacional de España en 1993. Elle a aussi reçu le prix 'Ciudad de Cuenca' lors de la deuxième édition du Festival du cinéma 'Mujeres en Dirección' (Des femmes réalisatrices) à Cuenca pour son parcours professionnel. Elle est membre de l'Academia de las Artes y las Ciencias Cinematográficas de España (l'Académie des arts et des sciences cinématographiques d'Espagne). En 2006, elle fonde, avec l'aide d'autres cinéastes, CIMA l'Asociación de mujeres cineastas y de medios audiovisuales (l'Association de Femmes cinéastes et des médias audiovisuels), et est membre de son Conseil d'Administration.