Les Rencontres avec le Cinéma Latino-Américain : un festival militant

En 1983 l’Association France-Amérique latine Comité Bordeaux Gironde (FAL33) a créé les Rencontres du Cinéma Latino-Américain, l’une des premières manifestations culturelles consacrées à ces cinémas en France. L’association, créée en 1981, a comme objectif « le renforcement des liens d’amitié et de coopération entre le peuple français et ceux de tous les pays d’Amérique latine ». Le cinéma est le moyen choisi pour faire connaître le continent latino-américain au public. Il est donc conçu comme une expression « représentative de l’imaginaire et de la réalité des peuples d’Amérique latine ». La diffusion de films de qualité devient un moyen d’approcher un continent et sa culture, de les connaître et les faire connaître. L’objet même de la solidarité devient donc le cinéma.

A l’égard du continent latino-américain, pour la solidarité, il s’agit aussi bien de soutien aux victimes des dictatures que d’une solidarité matérielle par le biais de projets dans divers domaines sociaux. Lors des premières Rencontres, le contact avec l’Amérique latine se fait d’emblée à travers le réseau militant (Nicaragua sandiniste, Guatemala, Chili, Salvador, Colombie). La prise de conscience du danger que courent les cinémas latino-américains, née de contacts directs, a désormais détourné la question de la solidarité en termes généraux vers une « solidarité cinématographique ».

Lieux et prix du Festival

sa diversité, à travers ses expressions artistiques et les enjeux socio-politiques qui la nourrissent. Le Festival a pris ses quartiers au Jean Eustache où sont organisées des expositions, où il est possible de goûter une pâtisserie avant d’aller voir un film ou bien se plonger dans un débat autour de l’histoire d’un pays invité. Sur le parvis on peut rencontrer un artiste ou un écrivain latino-américain, lire un livre en espagnol. Et le soir, assister aux concerts de musique latino-américaine…

Le Festival est devenu au fil des années un moment phare de la vie culturelle pessacaise, dont le succès est incontestable. Il a rencontré son public, fidèle et enthousiaste. La présence importante du jeune public est à noter. L’organisation de débats entre réalisateurs et le public après la projection des films est en effet très appréciée. Depuis 2004, plusieurs catégories de films sont récompensées avec un Prix du public l’un pour la Fiction et l’autre pour le Documentaire.

Les festivaliers, organisateurs, chercheurs, réalisateurs, journalistes, artistes, étudiants, retraités déambulent entre les lieux qui hébergent les manifestations du Festival : le Cinéma Jean Eustache, le Cinéma Utopia à Bordeaux, le Cinéma VOG de Bazas, mais aussi le Central Do Brasil, le Rocher de Palmer, la Maison Basque, la Halles des Douves…

Une aventure humaine qui continue…

Son succès, le Festival le doit avant tout à la qualité de sa programmation et à l’énergie de ses organisateurs bénévoles. Tout au long de l’année, ils écument les festivals, à la recherche d’œuvres originales et de nouveaux talents, afin de pouvoir proposer aussi des films et des documentaires en avant-première. Il a fallu de la patience et surtout de la passion pour s’imposer, perdurer et faire rayonner le Festival. Le Festival a connu une évolution avec une édition virtuelle en mai 2020 avec des séances connectant directement un public latinoaméricain et européen.

Les Rencontres du Cinéma Latino-Américain ce sont, depuis leur création, plus de 165 000 spectateurs, petits et grands, pressés de rencontrer plus de 450 invités (réalisateurs, producteurs et techniciens du cinéma, artistes, journalistes, spécialistes, conférenciers…), de profiter de concerts de musique brésilienne, d’expositions de bande dessinée ou bien de participer aux traditionnelles tables rondes…autant de rencontres inoubliables.

Les 37 volumes qui composent la collection complète des Rencontres avec le Cinéma Latino-américain, vont bientôt rentrer dans les collections de la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa collaboration avec l’association le 1er Mai et les départements de l’Audiovisuel de la BnF. Ils constituent une excellente source de recherches et de lectures pour poursuivre le voyage vers l’Amérique latine, connaitre son histoire et découvrir ses artistes qui ont marqué les dernières décennies.

Le Festival en chiffres

0
Depuis
0
Films argentins diffusés
0
Pays représentés
0
films diffusés