Avant était Abya Yala, « terre dans sa pleine maturité ».

Les 39èmes Rencontres se proposent de donner à voir les territoires (géographiques, politiques, économiques, sociaux, culturels et symboliques) en dispute aujourd’hui sur le territoire d’Abya Yala, d’éclairer la colonialité en présence et d’interroger les lignes décoloniales qui déconstruisent les récits naturalisés.
Si la colonialité est partout (W. Mignolo), il n’y a pas d’en dehors. La face cachée de l’universalisme est l’invention par l’occident de la race, de la classe, du sexe ainsi que de la sexualité et du genre (Maria Lugones) qui considère le reste du monde comme sa périphérie. Tout est prêt alors pour la conquête, la mise en esclavage et l’extermination de ces « subalternes » dans une conception du monde basée sur l’extractivisme.

 
Aujourd’hui, cette colonialité est visible dans les restes funéraires mapuches du Musée du Louvre (Gigantes) ; c’est Yañez, autoproclamée présidente de Bolivie qui entre au palais présidentiel et proclame « la bible au pouvoir » en la brandissant (Fue golpe) ; c’est l’excision des fillettes Embera-Chami de Colombie imposée par les moniales catholiques (Un grito en el silencio) ; ce sont les violences au Mexique (499) ; c’est l’assassinat de Marielle Franco, femme noire lesbienne et de la favela (Elle) ; ce sont les 19 massacres qui, depuis le début de l’année, ont fait 82 morts en Colombie (Matarife) et les 76 bases militaires étasuniennes sur le sous-continent… En Espagne, c’est le leader du parti d’extrême droite Vox arborant un casque colonial et appelant à la Reconquête ; en France c’est l’invention de l’islamo gauchisme et la théorie du grand Remplacement qui s’invite dans la campagne électorale par la bouche de la droite extrême et d’une partie de la droite.

Alors, pour construire un monde où chacune et chacun a sa place – le monde des zapatistes qui contient tous les mondes-, pour un construire le monde du Sumak Kawsay, le monde du « bien vivre », il n’y a d’autre chemin que de déconstruire les piliers sur lesquels ont reposé les fondements de l’entreprise coloniale-capitaliste.
Les lignes qui interrogent et déconstruisent se multiplient avec les statues de Conquistadores qui sont jetées à terre, avec ce temps qui « vient du passé » et revient avec les jeunes de la 1ère ligne du Chili, sur la place rebaptisée Place de la Dignité et celles et ceux de Cali en Colombie. C’est la leçon de sagesse, d’humilité et de respect de la vie que nous donne le chef yanomami David Kopenawa dans A última floresta ; c’est le courage extraordinaire de Roger David Casement qui dénonce les atrocités commises par les agents de Leopold II de Belgique au Congo (dont c’est la propriété privée) et la mise en esclavage des populations indigènes à la triple frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie pour l’exploitation du caoutchouc (Secretos del Putumayo). C’est le regard de Manuel Nieto qui analyse l’ordre inamovible des classes dans L’employé et le patron et Osain Alvarez qui réalise un voyage-film initiatique – Los ojos de Santiago – pour comprendre les raisons qui ont amené son père à risquer sa vie pour aller filmer la guerre du Vietnam et la première défaite du plus puissant des empires. Partout sur le territoire d’Abya Yala de sont des groupes qui s’organisent pour remettre en cause un ordre établi obsolète, c’est Un violeur sur ton chemin de lastesis performé aux quatre coins de la planète, et c’est aussi Black Lives Matters.