Monica y el ronco

Patricio Pardo | Chili – France | 52′ | 2020

Monica Echeverria est sans aucun doute l’une des plus importante intellectuelle du XXe siècle, au Chili. Elle est aussi la mère de Carmen Castillo, réalisatrice chilienne. Guillermo Rodrigues Morales, dit « El Ronco », est un acteur majeur de la résistance chilienne pendant la dictature. Monica Echeverria et Danielle Mitterrand ont sauvé la vie de Guillermo Rodriguez, lors de la tentative d’empoisonnement qu’il a subi, par la junte au pouvoir, à la prison publique de Santiago, en 1981.

Je souhaitais réunir Monica et Guillermo pour avoir leurs témoignages et ainsi transmettre leurs expériences. Nous avons réalisé cette rencontre à la Villa Grimaldi, un lieu symbole de la torture et des disparitions forcées à Santiago. Monica est décédée il y a quelques jours. Dans un ultime acte de résistance après son décès, elle souhaitai à travers une photo symbolique, dénoncer les graves violations des droits humains qui ont lieu en ce moment au Chili. 

“ Un documental de Patricio Pardo que recoge los testimonios de la intelectual Monica Echeverria y Guillermo Rodriguez, reconocidos militantes de la resistencia a la #dictadura” "Un documentaire de Patricio Pardo qui recueille les témoignages de l'intellectuelle Monica Echeverria et de Guillermo Rodriguez, militants reconnus de la résistance à la #dictature".

Le réalisateur

patricio-pardo-avalos-ou-l-art-de-partager-une-passion-1452977629

Patricio Pardo

Patricio Pardo Avalos est né à Santiago du Chili en octobre 1954. À l'âge de 16 ans, il se destine à une carrière d'électricien, mais le coup d'Etat de 1973 l'oblige à abandonner ses études. Quelques mois plus tard, il est arrêté par la DINA, la police secrète de la dictature de Pinochet. Après plusieurs semaines de détention, il est transféré dans un camp de concentration, puis libéré sans être ni condamné ni jugé. Dès lors, il consacre son temps à l'organisation de la Résistance au régime.À nouveau recherché par la police secrète, il est contraint de passer dans la clandestinité pour poursuivre son action.
En août 1984, il est contraint de quitter le Chili et obtient pour sa famille et lui-même un statut de réfugié politique en France. En mars 1985, il s'installe à Grenoble, reprend son travail d'électricien et se rend souvent au Centre Audiovisuel où il pratique la photographie. Par la suite, il est admis à l'INSA de Lyon pour suivre une formation audiovisuelle. Enfin, depuis 1989, il réalise des documentaires qui questionnent les droits de l'homme et la démocratie.

Pour aller plus loin...